Salon Ob’Art / L’Atelier des Garçons


Voici le deuxième portrait que nous avons réalisé pour les Ateliers d’Art de France à l’occasion du salon Ob’Art à Paris qui se déroulera du 20 au 22 novembre. Cette fois-ci nous partons en Bourgogne à Saint-Amand-en-Puisaye dans un joli village potier à la rencontre d’Eric Hibelot et Jean-Marc Fondimare, les deux céramistes derrière L’Atelier des Garçons. Dans ce village incroyable on compte environ 27 ateliers de poteries ainsi qu’un centre international de formation à la céramique, le EMA CNIFOP. Il faut dire que depuis toujours la terre de cette région est très réputée, elle s’exporte dans le monde entier pour ses qualités. Aujourd’hui encore Saint-Amand-en-Puisaye attire de nombreux potiers et céramistes à la recherche de ce savoir-faire ancestral.

L'Atelier des Garçons Eric Hibelot
L'Atelier des Garçons Jean-Marc Fondimare
L'Atelier des Garçons
L'Atelier des Garçons Jean-Marc Fondimare

Il y a 5 ans, Eric et Jean-Marc ont tout plaqué pour apprendre la céramique. Respectivement chef de produit livre d’art et marchand de journaux ils ont décidé qu’il était temps de changer de vie, de prendre un nouveau tournant après plusieurs années parisiennes bien remplies. Comme d’habitude c’est une histoire de rencontre au bon moment, une céramiste qui ouvre les portes de son atelier et  leur permet d’avoir un premier contact avec cette matière d’exception. S’en suit de nombreuses heures d’expérimentations, des recherches, l’apprentissage des techniques, des essais, des ratés et des réussites.

C’est à Saint-Amand-en-Puisaye que l’aventure a prit un nouveau départ et que l’Atelier des Garçons est né. C’est sous cette appellation que travaille Eric Hibelot et Jean-Marc Fondimare. Leurs univers, proches et pourtant bien distincts se répondent. Eric et Jean-Marc expérimentent à leur manière, utilisent des techniques différentes. Chacun à sa propre production et son propre atelier. L’un travaille avant tout la couleur, des associations très graphiques de formes et de motifs, l’autre utilise “l’écriture” en dessinant directement dans la matière pour rythmer ses créations.

L'Atelier des Garçons Jean-Marc Fondimare

Nous avons passé la matinée avec Jean-Marc dans son atelier accolé à leur boutique, au centre du village. Son atelier est tout en longueur, blanc du sol au plafond. Une porte vitrée donne sur un petit jardin, il fait beau, les grues commencent leur migration vers l’Afrique, tout est paisible. Jean-Marc nous explique sa manière de travailler. Après avoir expérimenté le tournage, c’est finalement vers la technique du coulage qu’il se tourne . On le voit préparer la porcelaine liquide, appelée alors barbotine, la verser dans des moules en plâtre qu’il a lui-même créés. En absorbant l’eau, le plâtre permet à une fine couche de porcelaine de durcir. Le surplus est enlevé, puis le moule est mis à sécher. Après un temps de séchage variable, la porcelaine est démoulée avant d’être mise dans un four à 1280°c. Il y aura deux étapes de cuisson. Après la première cuisson que l’on appelle dégourdi, la céramique peut être décorée, Jean-Marc émaille les intérieurs de ses objets afin qu’ils soient utilisables dans la vie de tous les jours. Il nous explique que cette matière est pleine de particularités, en fonction de la température extérieure ou de l’humidité ambiante, les temps de séchage ne seront pas les mêmes. C’est un apprentissage technique permanent mais aussi un vrai travail de patience. La céramique fait partie de ces matériaux vivants qui gardent la moindre trace de manipulation. Il suffit de démouler un peu trop tôt, d’ouvrir le four un poil en avance pour que tout soit à refaire.

L'Atelier des Garçons Jean-Marc Fondimare
L'Atelier des Garçons Jean-Marc Fondimare
L'Atelier des Garçons Jean-Marc Fondimare
L'Atelier des Garçons Jean-Marc Fondimare
L'Atelier des Garçons Jean-Marc Fondimare
L'Atelier des Garçons Jean-Marc Fondimare
L'Atelier des Garçons Jean-Marc Fondimare
L'Atelier des Garçons Jean-Marc Fondimare
L'Atelier des Garçons Jean-Marc Fondimare
L'Atelier des Garçons Jean-Marc Fondimare
L'Atelier des Garçons Jean-Marc Fondimare

Jean-Marc aborde la céramique avec son oeil de scientifique. La recherche d’une forme juste est primordiale avant qu’il se  lance dans la décoration de ses objets. Là encore l’idée du temps est palpable dans les motifs graphiques qu’il trace à la main ou creuse en pointillé. Comprendre la matière, savoir à quel moment la creuser et de quelle façon la manipuler lui aura demandé de longues heures d’expérimentations. Aujourd’hui sa technique est au point. Une de ses techniques est un peu secrète dont nous nous garderons bien de dévoiler les images ici.

En regardant Jean-Marc tracer ses lignes installé sur son ballon de yoga, on réalise le caractère quasi méditatif de ce moment. L’objet est fragile et la concentration sur le geste indispensable. Il nous confirme que lorsqu’il décore de points et de traits une cinquantaine de céramiques, son esprit s’évade afin de laisser le geste libre et précis. On se dit que vivre dans le calme d’un petit village doit être parfait pour ces moments si important dans son travail.

L'Atelier des Garçons Eric Hibelot

près le déjeuner, nous rejoignons Eric dans son atelier. Là ils veulent ouvrir une deuxième boutique afin de pouvoir toujours travailler à leur rythme. On ne quitte pas Paris pour être encore une fois bousculé par le temps. L’endroit est magnifique, baigné d’une lumière incroyable. Les murs sont jaunes vifs, c’est lumineux et apaisant. Eric est en train de finaliser un de ses vases, il ponce la porcelaine avec un papier de verre très doux afin de ne pas choquer la matière. Nous faisons un tour dans la pièce, émerveillés. Il y a tant à regarder, à toucher. Nous sommes captivés par les formes et les couleurs qui se présentent à nous.

La façon de travailler d’Eric ne ressemble en rien à celle de Jean-Marc. La céramique, ici en masse terreuse, est étalée sous une presse avant d’être modelée à la main. Chacune de ses cuillères, chaque plat ou vase portent  les traces du façonnage manuel. Cette approche plus physique nous permet de comprendre les différences entre le travail de chacun. Pour Eric les contraintes techniques doivent être assimilées afin d’être transcendées dans des jeux de formes colorées.  La couleur a une place primordiale dans son travail de céramiste. Il conçoit lui-même ses émaux, ses propres mélanges de pigments pour créer des teintes uniques. Eric nous explique qu’une fois cuite, la couleur change. Un émail rose pâle donnera, après la cuisson, un orange des plus vifs. Chaque céramiste a ses mélanges qui lui appartiennent, une même recette, ne donnera pas la même couleur finale en fonction de la terre ou du four utilisés.

L'Atelier des Garçons Eric Hibelot
L'Atelier des Garçons
L'Atelier des Garçons Eric Hibelot
L'Atelier des Garçons Eric Hibelot
L'Atelier des Garçons Eric Hibelot

Les gammes de couleurs sont accrochées sur un mur comme un tableau d’inspiration. Des couleurs franches, vibrantes qui font écho à cet atelier dont le mur jaune semble éclairer les objets en cours de réalisation. Originaire de Royan, il garde en mémoire les façades blanches et colorées de sa ville et puise dans ses souvenirs pour façonner des objets vraiment personnels.

On remarque sur les bras d’Eric des formes qui commencent à nous être familières. En effet, ce passionné s’est fait tatouer les motifs qu’il appose sur ses céramiques. Des formes plus organiques que géométriques se rapprochant parfois de l’imaginaire des cellules vues au microscope, ou des cartographies.

Lorsqu’il décore ses objets, les traits et points qu’Eric appose semblent libres, presque improvisés et donnent à ces petits objets du quotidien le caractère unique qui rend à l’artisanat toutes ses lettres de noblesses.

L'Atelier des Garçons Eric Hibelot
L'Atelier des Garçons
L'Atelier des Garçons Eric Hibelot
L'Atelier des Garçons Eric Hibelot
L'Atelier des Garçons
L'Atelier des Garçons

Dans leur travail, Eric et Jean-Marc sont amenés à collaborer régulièrement avec des artistes ou de jeunes marques telles que La Belle Mèche. Cette partie de leur travail leur est chère car elle leur donne la possibilité de changer d’univers, de nourrir leur inspiration et leur imagination. Une façon aussi de faire revenir les idées lorsque celles-ci semblent avoir pris la poudre d’escampette.

Dans cette superbe maison/atelier, entourés de Frida le chien et de leur chat, nous avons la sensation d’être dans un lieu où leur travail et leurs vies personnelles trouvent un bel équilibre. Il y a quelques années, Eric et Jean-Marc ont décidé de transformer leurs vies et aujourd’hui leurs objets touchent et intéressent un public de plus en plus large. Un pari gagné pour l’Atelier des Garçons !

Si vous souhaitez découvrir le travail d’Eric et Jean-Marc (et vous offrir une de leurs créations, nous on a été obligé de craquer tellement tout était sublime), vous pouvez télécharger votre invitation gratuitement pour le salon Ob’Art avec le code OBPACURIOSITE. Nous espérons que cette deuxième et dernière rencontre vous a plu !  A très vite.

Commentaires

Retour top

16 commentaires sur “Salon Ob’Art / L’Atelier des Garçons”

  1. S’il y a bien quelque chose que je rêve d’apprendre à faire, c’est la céramique. J’adore le travail de l’Atelier des Garçons que j’avais repéré dans une galerie et c’est génial de pouvoir entrer dans les coulisses de leurs créations. Alors un grand merci pour cette escapade dans leurs ateliers :)

    • atelierdecuriosite
      le

      Ici aussi on rêve d’apprendre cette technique. Les possibilités qu’elle propose sont tellement vastes.
      C’est un tel plaisir pour nous de voir les coulisses et de vous les partager. Plaisir décuplé par vos retours.

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>